Mardi 20 mars 2012 2 20 /03 /Mars /2012 00:15

Retour dans le passé. Plus précisément lors de cette désastreuse découverte du Club15.

Nous sommes dans le fumoir en train de lister tout ce qui nous horifie.

- Viens, on se barre, on va au Container !

- Laisse tomber, il est trop tard, il est déjà minuit, ça ferme à 01h00 ce soir...

- Bon bah on tente le Studio 21 alors !

- Arf.. Non mais c'est un club. Pas envie, moi d'un club...

- On se casse, on verra dans la voiture.

 

Arrivés dans la voiture, je fais tout de même remarquer que :

1 - Pour une fois, on n'est pas habillés comme des pouilleux. Je ne sais pas ce qui nous a pris, mais nous avons tous les deux l'air plus socialisé que d'habitude.

Pour moi, jean bien coupé, petit polo, baskets fines. Et cerise sur le gâteau, il fait assez doux pour que je puisse abandonner dans la voiture mon gros sweat à capuche.

Pour Manon, petite robe en laine bien courte révélant une paire de bas opaque.

On aurait presque la dégaine adéquate pour aller dans ce genre de club...

2 - Géographiquement, ça ne fait pas un gros détour d'aller se faire recaler au cas où nous ne sommes pas encore assez bien sapés pour aller dans ce truc.

3 - En nous rendant au Club15 ce soir, nous avons vécu la pire expérience de notre vie libertine. Comparé à ça, tout nous paraitra forcément génial, même un truc qu'on aurait trouvé plus que moyen en temps normal...

 

C'est donc le soir idéal pour aller tester ce Studio 21 !!!

Ces arguments finissent de convaincre Manon et nous prenons la route.

 

Quelques kilomètres plus tard, nous garons la voiture et nous délestons de nos sacs à dos et de nos gros sweats.

Nous finissons le trajet à pied main dans la main se demandant ce que nous allions bien pouvoir découvrir là bas et quelles seraient les différences avec ce qu'on a l'habitude de fréquenter.

Nous finissons par arriver devant une lourde porte en métal avec pour seul indication "club privé".

Nous appuyons sur la sonnette et la porte s'ouvre sur un gorille qui nous mate de haut en bas pour savoir si on correspond à la clientèle habituelle. Apparemment, nous n'avons pas l'air d'être des relous puisqu'il fini par s'effacer pour nous laisser entrer. Habitués à payer à l'entrée, nous affichons toute notre inexpérience du lieu en tendant nos billets. L'hôtesse nous sourit et nous explique alors le principe super traitre de la carte à code barre qui sert à régler toutes les consommation à l'intérieur ainsi que le droit d'entrée en fin de soirée.

 

Après nous être délestés de nouveau de quelques breloques et autres bricoles, nous pénétrons enfin dans ce nouveau lieu de plaisir.

Au comptoir un couple accompagné d'une jolie fille, et en retrait deux mecs seuls qui matent cette dernière. Pas grand monde donc. Mais cela nous permet de mieux appréhender l'espace et surtout cette première pièce avec ses deux tables et sa petite piste de danse.

Notre entrée comprenant deux conso, nous demandons à la jolie serveuse deux bières et allons se poser à une table pour profiter de la musique que diffuse le DJ. Cool pour une fois, les années 80 ont été rangées au placard : Wax Taylor, A.S.M. et autres sons plus ou moins récents nous font déjà apprécier un peu le lieu.

 

Les deux mecs au bar regarde rapidement Manon mais ne doivent pas la juger assez provocante et préfère se concentrer sur la bombasse en pleine représentation.

 

Le fumoir m'appelle rapidement et nous découvrons une pièce chaleureuse, un peu en retrait, avec vu sur le comptoir.

Echanges d'impressions, volutes de fumée. Nous terminons rapidement notre bière et partons à la découverte de la dernière partie du club, les coins calins...

Sur la gauche, une première chambre avec une porte. Pas trop inspirés.

Une deuxième, sur la droite. Derrière un simple rideau, nous découvrons un petit coin cosy. Lumière tamisée, miroirs, coussins... Bien sympa mais nous décidons de continuer notre route pour découvrir les douches et la dernière pièce sur notre gauche.

Nous passons derrière les rideaux et découvrons une chambre sombre avec une table de massage et un lit sur le côté.

J'attrappe Manon et l'embrasse.

Elle a bien compris mes intentions et se laisse prendre au jeu se frottant contre moi.

 

Quelques minutes de tendres baisers à s'échauffer et je la hisse sur la table, baisse son string et commence à la lécher.

Ma langue passe doucement sur ses lèvres, aspire son clito... Je sens que ça l'excite, j'adore la lécher...

J'entends des bruits de pas derrire moi mais ne me formalise pas pour autant et continue à jouer avec ma langue.

Je sens Manon s'emballer, projeter son bassin vers l'avant pour coller sa petite chatte juteuse à mon visage. Je la dévore, j'ai envie qu'elle jouisse, ce qu'elle ne tarde pas à faire. Je me relève pour l'embrasser les lèvres couvertes de cyprine  et c'est à ce moment là que je remarque qu'un mec est en train de nous mater depuis dix bonnes minutes en fait.

Manon sourit et il s'approche suivi rapidement par e deuxième accolyte du comptoir.

Ils avaient finalement du se dire qu'ils n'arriveraient à rien avec la bombasse et avaient décidé de voir ce qu'il se passait par là vu que nous avions disparu depuis un bout de temps...

 

Les deux mecs s'approchent de chaque côté de Manon et sortent rapidement leur bite que Manon s'empresse de branler.

Excité par la situation, je commence à pénétrer Manon. Nous changeons rapidement de position et elle me tend son cul, écrasant son buste su la table, continuant à branler ces mecs pendant que je me met à la piloner avec force.

Agripé à ses hanches, je lui donne de grands coups de bite pendant qu'elle me demande entre deux gémissements de lui défoncer la chatte. Elle regarde alors le plus vieux dans les yeux et lui dit :

- Je suis une bonne salope ?

- Ho oui ! Tu es une bonne petite salope !

- Alors viens me baiser, si je suis une bonne petite salope.

 

Il enfile alors un préservatif et prend ma belle qui couine de plus en plus fort, exigeant qu'il la démonte, qu'il y aille plus fort, qu'elle adore ça.

Pour ne pas jouir tout de suite, il préfère laisser la place à son collègue.

Manon est déchainée.

- Mais vas-y putain ! Défonce moi ! Fais pas semblant !

 

Je m'installe sur la table face à elle et profite du spectacle.

Elle gobe ma bite entre deux relances à son baiseur. Ce que c'est bon de la voir se lâcher comme ça.

Elle me regarde dans les yeux et me demande d'un air mutin:

- Je suis une bonne petite pute ?

- Ho oui ! 

Se tournant vers celui qui la prend :

- Et toi ? t'en penses quoi ?

Il n'en faut pas plus pour que ce mec éjacule dans sa capote.

 

Le premier baiseur y retourne. Il attrape Manon par les hanches et la ilonne de toutes ses forces.

Manon continue son petit jeu. 

- Je suis une bonne salope ?

- Putain t'es trop bonne en fait !!!

 

J'ai adoré ce "t'es trop bonne en fait" bien révélateur de sa première idée. On pensait que tu n'étais que du menu fretin comparé à la bombasse mais finalement...

Ca m'a fait sourire et donné envie de la prendre à nouveau.

J'ai fait comprendre à ce mec qu'il était temps qu'il me laisse la place et j'ai baisé Manon jusqu'à la jouissance pendant que nos deux compagnons d'un soir se rhabillaient pour nous abandonner.

 

Nous nous rhabillons à notre tour en rigolant de la situation et du fait qu'elle était totalement déchainé.

Nous retournons au bar, la salle s'est remplie entre temps. Pas mal de jeunes, ambiance plutôt festive.

 

Nouvelles bières. On se pose, on observe. Ca se cherche des yeux, ça se frotte un peu mais il ne se passe pas grand chose.

Nous sommes rapidement mal à l'aise d'être les seuls assis face à tous ces gens debout au bar et repartons fumer une clope.

Nous y coisons le premier bourré relou qui a décidé de venir nous apprendre la vie. Nous arrivons facilement à écourter ce sketch et tentons de se frayer un chemin dans la pièce principale qui se remplit sans cesse dorénavant.

Toujours rien de sexy à l'horizon. Nous ne nous sentons pas spécialement à notre place. Les anciens sont arrivés en force et la musique des années 80 reprend ses droits...

Préférant l'ambiance cosy du fumoir, nous nous frayons à nouveau un chemin pour y retourner.

Il ne faut pas plus de dix minutes au mec bourré pour revenir à la charge encore plus bourré. Il nous tient en gros le même discours que précédemment mais en encore plus décousu...

Echange de regards, nous sommes d'accord, il est temps de se barrer de là et vite !

 

Nos nous levons. J'attrappe Manon par la main et l'entraine vers les coins calins alors qu'elle s'attendait à ce qu'on parte.

J'ai envie d'essayer la deuxième pièce. J'ai aimé l'atmosphère qui s'en dégageait avec sa lumière rouge tamisé, ses miroirs et ses coussins.

Je la pousse sur le matelas et commence à l'embrasser. Les vêtements volent rapidement et me voila en train de lui lécher les seins pour la rendre dingue.

Ma bite est dure. J'ai trop envie d'elle.

Elle se place à quatre pattes en direction de l'entrée et m'offre ses jolies petites fesses. Je la pilonne.

A chaque fois que quelqu'un passe et jette un oeil, ma bite grossit et mes coups de boutoirs s'accélèrent.

Nous sommes dans un club libertin mais nous sommes les seuls à baiser, nous avons presque l'impression de faire un truc interdit et cela nous excite profondément.

Plusieurs mecs passent, mate vite fait et reparte rapidement.

Je finis par en interpeler un :

- Entre si t'as envie de mater !

Il ne se fait pas prier et Manon se jète sur sa braguette pour sortir sa bite et commencer à le sucer.

Je trouve ça beau et excitant. Je la baise encore plus fort.

 

Manon recommence son petit jeu de salope.

- Tu trouves que je suis une bonne salope ?

- Ho oui !!! J'ai trop envie de baiser une petite salope comme toi.

Il se tourne alors vers moi et me demande s'il peut.

Je souris et réponds :

- Non, pas là... C'est moi qui la baise !

- Je comprends...

L'intensité augmente encore. Je tape aussi fort que je peux, Manon couine, réclame du sperme.

Notre invité mateur fini par jouir dans sa bouche. Aussitôt, elle se relève pour m'embrasser à pleine bouche.

Ce baiser dure quelques minutes, nous jouons avec ce sperme, nous adorons ça tous les deux. Ce sperme est le symbole de notre complicité.

 

Un autre mec bourré rentre alors pour récupérer son pote qu'il cherchait partout depuis un quart d'heure.

Ca nous fait marrer et prendre conscience qu'il est vraiment temps de se barrer d'ici.

Petite douche, échanges d'impressions.

Nous avons aimé l'ambiance, nous avons aimé le lieu. Nous avons été étonné de n'avoir vu personne profiter des coins calins à part nous  mais nous ne sommes peut être pas tombés le bon soir.

Nous nous sommes bien marrés et avons bien envie d'y retourner même si nous ne nous y sentons pas aussi à l'aise qu'au sauna.

 

 

 

Par Ben - Publié dans : Expériences
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

 

AIDES

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

 

Le Container

Allez y c'est cadeau !

NousLibertins.com - 1er reseau social libertin

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés