Vendredi 6 juillet 5 06 /07 /Juil 17:26

Dimanche dernier, nous sommes allés passer la soirée au container.
Cela faisait un petit bout de temps que nous n'étions pas allé "coquiner" (que ce mot est moche...) et du coup, même après un trio avec un mec, une chouette expérience avec un couple de métaleux et un trip dans le glory hole, nous avions envie de continuer notre soirée coquine au Studio 21.

Oui, nous y allons de plus en plus souvent en ce moment. Peut être parce que c'est finalement un des rares endroits qui ferme aussi tardivement et que nous sommes tellement décallés dans le temps qu'en arrivant à 01h00, nous avons l'impression d'arriver pour l'apéro... Mais bon, pour baiser au studio, faut s'accrocher. Si vous êtes capables de réaliser vos fantasmes là bas, vous serez capables de les réaliser n'importe où, même dans une tribune de stade rempli d'ultras déchainés...
Donc maintenant, quand nous y allons, c'est surtout pour de l'exhib soft et siroter une petite binouze.

Après avoir commandé 2 levrettes à la serveuse (c'est classe de pouvoir demander une levrette à une serveuse), nous sommes allés comme à notre habitude nous poser sur les canapés du fumoir pour se caliner et apprécier ce moment calme.
Nous rediscutons de tout ce que nous avons fait pendant la soirée, ce qu'on a aimé, ce qui nous a amusé et nos mains vont et viennent sur le corps de l'autre. Nous observons les autres clients et nous sommes spectateurs d'une pièce un peu particulière où des jeunes à peine sortis de l'adolescence découvrent les plaisirs des clubs libertins. Nous nous amusons de voir leurs yeux rouler lorsqu'une femme se dévétit pour danser ou quand deux autres femmes se frottent l'une contre l'autre. Les deux filles les accompagnant, moins à l'aise, ne savent pas trop si elles doivent laisser leurs petites robes moulantes remonter au gré de leurs mouvements sur la piste de danse, quitte à montrer leurs fesses et exciter encore plus tous les males en ruth présent dans l'assemblée, ou passer leur temps à essayer de tirer dessus vers le bas toutes les 30 secondes. Option pour laquelle elle ont très vite opté toutes les deux. Nous nous sommes donc lassés rapidement de ce spectacle insipide. C'est bien connu, les spectateurs en veulent toujours pour leur argent, ils veulent du cul !!!

Nous nous collons l'un à l'autre, nous nous embrassons de plus en plus fougueusement, les carresses se font plus appuyées et Manon fini encore à moitié nue sur les canapés, brulante de désir. Je la regarde dans les yeux et lui murmure que j'ai envie de la lécher.

- Ici ?
- Non, sur la table de massage dans la pièce du fond.
- Mmmmhhhh.... On fini pas les bières ?

Je la prends par la main et l'entraine dans la pièce du fond. Elle cale ses fesses sur la table prenant soin de bien remonter sa petite jupe pour me laisser un libre accès à sa petite chatte dégoulinante de désir.
Agenouillé devant elle, la tête au niveau de son sexe, il ne faut que quelques minutes à peine à ma langue pour faire monter ma belle au septième ciel. Je continue à la lécher jusqu'à ce qu'elle me dise qu'elle n'en peut plus, que son clito est trop sensible.
Je l'aide à se relever et l'embrasse avant de retourner sur les canapés où nos deux levrettes nous attendent sagement. 

Une petite gorgée et nous sommes à nouveau collés l'un contre l'autre.

- J'adore te lécher.
- J'adore que tu me lèches !!!
- Envie de te lécher toute la nuit, autant de fois que tu le voudras.

"Ok" me répond-t-elle avec un grand sourire.
Il suffit que tu me dises "J'ai envie que tu me lèches" pour que j'aille te lécher si tu en as envie.

Nous reprenons le spectacle là où nous l'avions laissé, les choses n'ont pas évolué. Aucune nouvelle arrivée, les deux filles tirent toujours autant sur leurs robes, l'alcool n'a encore rien changé...
Une petite clope et j'entends la phrase magique.

- J'ai envie que tu me lèches !

Nous repartons dans la salle du fond prenant soin cette fois de laisser les rideaux ouverts pour nous donner en spectacle.
Nous convenons rapidement d'un code pour que je puisse savoir que nous sommes observés et ma langue reprend son balai sur ses lèvres et son clitoris.
Personne n'a le temps de profiter de notre petit show, ma belle jouie encore plus rapidement que la première fois.

- Tu n'as pas envie de me baiser ?
- Non, j'aime bien ce petit jeu pour l'instant. Et vu la soirée, je ne suis pas frustré.

Nouvelle gorgée de bière, nouvelle clope, nouveau calin, nouvelles observations.
Nous observons les hommes qui défilent près des dames en nous permettant quelques commentaires et paris sur leur taux de réussite en fonction de leurs approches.

 - J'ai envie que tu me lèches.
Elle a à peine fini de prononcer ces mots qu'elle est déjà debout, prête à se diriger vers la table du plaisir.
Je la suis et lèche à nouveau consciencieusement son sexe.
Sa main carresse ma tête. Cela signifie que nous sommes observés. Je mets encore plus de coeur à l'ouvrage. Je sais qu'elle a du mal à se lacher totalement quand je la lèche en public.
Je suis à l'écoute de son corps, je suis ses mouvements, sa chatte communique avec ma langue pour la guider vers le plaisir. J'essaye de faire tout ce qu'elle aime, tout ce qui la fait jouir en deux minutes dans l'intimité. Ma chorégraphie se révèle être à son goût puisque je l'entends haleter puis couiner de plaisir pour finir par exploser sa jouissance.
Nous partons aussitôt en prenant soin d'adresser un grand sourire à notre mateur.

De retour à notre place, j'en profite pour modifier quelque peu les règles de notre petit jeu.
Je lui demande de ne rien dire, de simplement se lever et de se diriger vers la pièce du fond si jamais elle a encore envie de sentir ma bouche sur son sexe.

Notre mateur, bien imbibé, vient essayer de nous taper la causette mais il se rend compte tout seul assez rapidement qu'il n'est pas au mieux de sa forme pour espérer faire quoi que ce soit avec nous et décide d'essayer d'aller récupérer sa femme qui est en train de se faire peloter par un autre mec au comptoir.

La salle principale s'est remplie pendant notre absence mais l'ambiance n'a pas changé pour autant.
Ca se frotte doucement, ça se mate du coin de l'oeil, rien d'extravagant, rien qui pourrait faire penser que nous sommes dans un club libertin si ce n'est cette femme qui se frotte sur la barre de pole dance la poitrine à l'air.
Nous finissons la bière la plus longue à boire de l'histoire du monde et Manon se lève à nouveau.
Je la suis immédiatement. Personne n'a remarqué que nous avions disparu, nous sommes seuls, juste tous les deux et Manon se lache et jouit rapidement.

- Je commence à être naze moi...
- Déjà ? Rhoooo... Je fume une dernière clope et on y va, ok ?

Posés, nous parlons de notre délire. Je lui dis que j'ai adoré la voir se lever sans rien dire et partir en direction de la salle du fond, que j'aurais adoré la laisser partir devant et la rejoindre quelques minutes plus tard en la trouvant en position allongée sur la table, jambes repliées et bien écartées, offrant à la vue de tous sa petite chatte bien rasée.
Je lui dis que j'aimerais rater le coche et ne pas arriver le premier et la voir en train de se faire prendre par un mec.

L'idée lui plait. Je n'ai pas fini ma clope mais elle est déjà debout et part après m'avoir adressé un clin d'oeil.
Je fais durer la fin de ma cigarette, j'ai envie de prendre mon temps et de voir ce qu'il va se passer. Mais forcément, l'excitation est plus forte que tout le reste et j'écrase mon mégot beaucoup plus rapidement que ce que je souhaitais au départ.
Tellement rapidement que je suis le premier arrivé face à elle. Personne ne l'a trouvé.

Comme prévu, elle est là, allongée, jambes écartées en train de se masturber. Elle me sourit. Je la laisse se caresser devant moi en la regardant. Je suis subjugué quand je vois ses doigts entrer et sortir de sa chatte. Je trouve qu'il n'y a rien de plus beau qu'une femme qui se donne du plaisir.

Mais j'ai quand même envie de la lécher encore une fois et je m'agenouille devant elle, approchant mon visage de son sexe que ses doigts libèrent pour laisser place à ma langue.
Avec douceur, j'entreprends à nouveau de faire tout ce qu'elle aime pour la faire jouir ce qu'elle ne tarde pas à faire, juste avant qu'un mec nous rejoigne.
Je l'aide à se relever mais cette fois, je la tourne et lui plaque le buste sur la table de façons à ce qu'elle me tende bien son cul. Je sais que nous allons bientôt partir et j'ai envie de la prendre. J'ai envie de glisser ma bite dans cette chatte que j'ai tant léché ce soir. Je m'agrippe à ses hanches et la pilonne avec force. Je l'entends haleter et j'augmente encore le rythme alors que nous sommes rejoints par un deuxième mec.

Comme toujours au Studio 21, nos mateurs, complètement pleins, commence à taper causette, commentent la scène en bégayant sous les effets de l'alcool. 
Comme d'hab, ça casse trop le trip et nous décidons de finir ça tranquillement dans le camion.
Quand je vous disais que si vous étiez capable de baiser partout si vous réussissiez à baiser au Studio21... 

Par Ben - Publié dans : Expériences
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

 

AIDES

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

 

Le Container

Allez y c'est cadeau !

NousLibertins.com - 1er reseau social libertin

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés