Lundi 13 février 2012 1 13 /02 /Fév /2012 00:21

Emilie

 

J'ai rencontré Manon dans une formation professionnelle au cours de l'année dernière.

Très vite nous nous sommes rendus compte que nous étions fait pour nous entendre.

Simplicité, complicité, énorme appétit sexuel, peur de rien et surtout envie d'aller toujours plus loin dans nos jeux. Discuter, échanger, fantasmer, rêver, imaginer, passer à l'acte, chercher toujours à aller plus loin, à donner toujours plus de plaisir à l'autre...

 

Cependant, cet amour clandestin nous empêchait de nous afficher. Et pour toutes les personnes présentes dans cette formation, rien ne nous liait.

C'est en tout cas ce que croyait Emilie, persuadée d'être la première à me faire du rentre dedans.

Amusé, je me suis laissé faire, voulant voir jusqu'où ça pouvait aller, jetant des coups d'oeil réguliers à Manon pour guetter sa réaction.

 

A la pause, réjouit, j'en parle rapidement à Manon qui me confirme que nous sommes tous les deux libres comme le vent et que si j'ai envie d'elle et que c'est possible, ce serait con de s'en priver...

 

La journée se poursuit et Emilie se fait toujours plus provocante et aguicheuse. Maintenant que je suis assuré que Manon n'en souffrira pas, je me lance moi aussi dans le jeu et pousse Emilie dans ses derniers retranchements tentant de l'exciter au maximum.

 

Nous finissons cette dure journée dans un café pour échanger sur la formation avec les autres participants autour d'une bière bien fraiche. Une fois encore, Emilie chauffée à mort, continue son petit numéro et prend cette fois pour cible Manon, ce qui m'amuse beaucoup intérieurement.

- « Vas-y, montre nous tes seins, je suis sûre qu'ils sont magnifiques ! »

- «  Allez, lâche toi Manon ! »

 

Emilie était persuadée qu'il n'y avait pas de fille plus innocente et plus pure que Manon autour de cette table et s'amusait sciemment à la provoquer.

 

La soirée se poursuit, la tension entre Emilie et moi se fait de plus en plus pesante. Il est clair qu'il va se passer quelque chose. Il ne reste plus qu'à attendre de nous retrouver seuls.

L'attente est alors insupportable mais finalement, tout le monde se sépare vers 01h00 du matin.

Je suis seul avec elle sur ce parking. Je m'approche d'elle, la colle contre moi. Je repense à Manon qui m'a dit « amuse toi bien » avec un clin d'oeil, et je l'embrasse. Très vite nos langues s'affolent, nos mains découvrent rapidement le corps inconnu.

 

Un éclair de lucidité. Nous n'allons tout de même pas faire l'amour ici sous ce lampadaire...

Nous montons dans nos voitures respectives et partons à la recherche d'un petit coin tranquille à l'abri des regards indiscrets que heureusement nous trouvons rapidement.

 

Je la rejoins dans sa twingo. C'est dingue ce que c'est spacieux finalement cette voiture qui a l'air minuscule vu de l'extérieur...

Nos langues s’emmêlent, je découvre ses seins lourds aux tétons sensibles, son sexe humide qui s'ouvre sous mes doigts. Je sens sa bouche sur mon sexe, sa langue qui titille mon gland.

J'ai envie d'elle, j'ai envie de la baiser comme un sauvage là tout de suite maintenant.

Je finis de la déshabiller et écarte ses cuisses. Elle est allongée sur la banquette arrière, la tête appuyée sur la portière et subit mes coups de butoirs.

Nous tentons quelques habiles changement de positions. Elle me chevauche, se met à quatre pattes et me tend son cul... l'espace réduit nous fait rapidement reprendre notre position initiale et nous jouissons tous les deux avec grand bruit.

Ca faisait quelques années que je n'avais pas fait l'amour dans une voiture et après cette soirée, je sais pourquoi. C'est loin d'être ce qu'il y a de plus confort. Le seul truc bien dans une voiture, c'est le capot...

 

Le lendemain retour à la formation, je retrouve Manon et Emilie. Je raconte l'épisode de la nuit précédente à Manon, je la sens partagée. Partagée entre l'excitation et le fait que je me sois éclaté sans elle. Mais j'ai ma petite idée en tête. Cela fait quelques temps que nous parlons de faire l'amour ensemble à une autre femme. Et si c'était possible ? Et si cette autre femme était Emilie ?

J'ai la matinée pour convaincre les deux.

 

Je commence par en parler à Manon qui hallucine un peu mais, toujours partante pour essayer de nouveaux trucs, me dit que si je suis sûr que c'est possible, alors allons y, mais elle n'a surtout pas envie qu'on sache pour nous deux si rien ne se fait.

Je vais voir Emilie, je lui demande en rigolant si elle a toujours envie que Manon enlève son T-shirt. Elle me répond positivement avec un grand sourire et je lui assure que je peux réussir ce tour de force avant la fin de la journée. Elle ne me croit pas un instant mais demande à voir.

De fil en aiguille, les pièces du puzzle se mettent en place, l'excitation gagne tout le monde. Je reconnais que pour arriver à mes fins je joue au fourbe assurant aux deux filles que l'autre est prête à le faire et que nous n'attendons qu'elle pour aller nous amuser...

Cependant, je suis peut être fourbe mais je doit également être convaincant puisque nous décidons de partir à l'hôtel passer l'après midi tous les trois.

 

Nous partons à deux voitures. Emilie demande à Manon de monter avec elle pour discuter un peu.

Je suis leur voiture tranquillement, réjoui de la réussite de ce plan machiavélique.

Mais je suis encore loin de me douter du plaisir qui m'attend. Et c'est lorsque je les vois s'embrasser au feu rouge que je commence à comprendre que nous allons vivre un pur moment de bonheur.

Elles ne sont qu'à quelques mètres de moi, je les regarde et deviens fou... Je ne peux pas sortir de ma voiture, je ne peux pas les rejoindre... Et elles s'embrassent de plus belle... RAAAAAAHHHH !!!

 

A chaque feu c'est la même et je ne m'en lasse pas. Je n'ai jamais autant aimé les feux rouges. Je n'ai jamais autant espéré que tous les feux soient rouges. Tout à leur plaisir, elles ne se soucient même plus des autres voitures des files adjacentes. Ce trajet est un supplice mais il est annonciateur de bien des plaisirs...

 

Arrivés à l'hôtel, c'est emprunt de timidité que nous demandons une chambre à la réceptionniste. Nous pensons la duper mais elle se doute bien de ce que nous allons faire une fois arrivés à l'étage.

 

Les faits sont trop anciens pour que je me rappelle avec précision ce que nous avons fait dans cette chambre ce jour là. Nous avons plusieurs fois fait l'amour avec Emilie par la suite. J'adorais quand nous nous occupions tous les deux de Manon. Je me rappelle encore du regard d'Emilie, sa façon de me regarder, bien perverse quand nos doigts se joignaient dans la chatte de Manon. Je me rappelle de leur deux bouches sur mon sexe, de tous ces nouveaux plaisirs que nous découvrions ensemble. Nous avons eu la chance tous les trois de connaître chacun notre tour le plaisir suprême d'être au milieu, de sentir quatre mains et deux bouches parcourir notre corps.

 

Avec Emilie, Manon a découvert les sextoys, j'en dirai bien plus mais je pense que Manon se fera un plaisir de tout vous raconter.

 

Nos jeux ont fini par s'arrêter. Emilie s'est finalement sentie exclue au fur et à mesure que l'amour entre Manon et moi grandissait mais je tiens à la remercier d'avoir été là et d'avoir participé à cette quête initiatrice. Les voir s'éclater toutes les deux m'a donné envie de faire mes premiers pas dans la bisexualité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Ben - Publié dans : Expériences
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

 

AIDES

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

 

Le Container

Allez y c'est cadeau !

NousLibertins.com - 1er reseau social libertin

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés