Dimanche 12 janvier 2014 7 12 /01 /Jan /2014 15:34

Depuis quelques mois nous travaillons ensemble Manon et moi. Période coïncidant avec l'arrêt des mises à jour de ce blog, il fallait le temps qu'on trouve un nouvel équilibre pour se laisser à nouveau du temps libre pour écrire.
Lorsque nous avons pris la décision de partager le même boulot, nous avons aussi pris la sage décision de ne pas faire l'amour sur notre lieu de travail...

 

Forcément, comme toute interdiction, je n'ai qu'une envie, c'est de la transgresser...
Surtout quand je la vois se balader avec son mini short qui est juste un appel au sexe.
Les premiers jours j'ai plus ou moins réussi à me tenir mais très vite je me suis amusé à la pousser dans ses derniers retranchements jusqu'à ce qu'elle me supplie de la baiser.
Je m'amuse à la frôler, l'embrasser tendrement dans le cou en passant derrière elle pour chercher un truc dont j'ai besoin... Je ne m'attarde jamais. Je préfère la laisser sur un goût de trop peu pour lui donner encore plus envie...
Je la regarde évoluer autour de moi, la dévore des yeux, ne dis rien mais ne laisse aucun doute non plus sur mes envies qui se font de plus en plus fortes.

A son oreille, j'évoque nos dernières folies et tout le plaisir que nous avons pu en retirer tout en pressant doucement mon sexe en érection contre ses fesses alors qu'elle est accoudée au comptoir. Mes mains se posent sur ses hanches et remontent doucement sous son t-shirt pour caresser sa peau chaude.

Mon manège a raison de notre engagement initial et Manon fini par me demander si j'ai envie de la lécher sur nos nouveaux tabouret de bar.
J’attrape un post it, griffonne rapidement « De retour dans 5 minutes » et le colle sur la porte vitrée que je m'empresse de fermer à double tour.
Amateurs d'exhibs, nous prenons quand même soin de déplacer le tabouret dans un coin qui ne peut être vu de la rue. Doucement, Manon fait glisser son mini short, me dévoilant sensuellement ses fesses pour me donner encore plus envie. Son string déjà bien humide rejoint son short par terre et elle s'installe confortablement sur le tabouret. A genoux devant elle, ma bouche est pile à la bonne hauteur pour que je puisse lui donner du plaisir sans avoir besoin de prendre rendez-vous en suivant chez l'osthéo pour éradiquer un torticolis.

J'adore la lécher, prendre le temps de faire monter son désir et son plaisir, l'amener proche de la jouissance puis la laisser redescendre doucement avant de recommencer à titiller son clito du bout de la langue jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus et ondule son bassin pour coller sa chatte contre ma bouche, que ses mains attrape mes cheveux et qu'elle se frotte contre mon visage.

Je ne crois pas qu'il existe de meilleurs moyens de faire comprendre qu'il est temps que l'orgasme arrive...
Je reprends le contrôle de mes mouvements et m'applique à nouveau à lui prodiguer tout ce qu'elle aime jusqu'à la jouissance, me remplissant alors la bouche de son plaisir. La frustration des premiers jours de taf ont du jouer un rôle sur la puissance de son orgasme car c'est la première fois qu'elle gicle dans ma bouche. Honnêtement, ce n'est pas la meilleure des liqueurs au niveau du goût, mais savoir que ce liquide est le fruit de son excitation et de sa jouissance me fait adorer ça et bander à m'en faire mal. J'avale doucement et me relève pour l'embrasser. J'en profite pour me coller à elle et la pénétrer tendrement.
Mes coups de reins s'accélèrent et le tabouret tape dans le mur écaillant sa peinture fraiche. Tant pis, cela ne nous arrêtera pas ou juste quelques secondes le temps de changer de position.

Manon se redresse puis se tourne en prenant appui sur le dossier pour me tendre ses petites fesses. Je l'attrape par les hanches et la prend sans ménagement. Je bloque sur ses fesses et lui dit qu'elle a vraiment un cul magnifique. Je la baise comme ça quelques minutes alors qu'elle me demande si j'aime son cul, si j'ai envie de l'enculer... Elle me rend dingue.

Bien sur que j'ai trop envie de l'enculer. Manon me repousse et s'allonge à moitié sur une table, collant ses seins sur le bois froid pour mieux tendre ses fesses qu'elle écarte en me regardant dans les yeux. Elle me demande de me branler, puis suce un de ces doigts qu'elle glisse dans son cul.
Je la regarde se glisser un puis deux, puis trois doigts dans l'anus. Je la regarde et la trouve belle et excitante et lorsqu'elle me supplie de jouir sur son cul, je ne me fais pas prier et étale mon foutre sur ses jolies fesses dans un long râle de plaisir.

 

Depuis, nous avons avons abrogé cette règle de ne pas faire l'amour sur notre lieu de travail et il est assez fréquent que le post it « de retour dans 5 minutes » orne la porte...

 

 

Par Ben - Publié dans : Expériences
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

 

AIDES

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

 

Le Container

Allez y c'est cadeau !

NousLibertins.com - 1er reseau social libertin

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés