Samedi 21 juillet 6 21 /07 /Juil 01:42

Fin de week end, nous sommes sur le chemin du retour dans le camion. Je conduis. Manon est installée juste à côté de moi, les pieds sur le tableau de bord. Je profite des longues lignes droites sans fin pour carresser doucement du dos de la main les mollets de ma belle. Je passe partout appréciant la douceur de sa peau si fine et si lisse. Ma main descend, monte, tourne autour de sa cheville, et à chaque fois qu'elle remonte, je tente de faire monter toujours plus haut son pantalon ample.

Manon savoure mes caresses, s'amuse de mon petit jeu et découvre son autre jambe que je m'empresse de caresser aussi, insistant oralement sur le fait que ma main couvrira chaque centimètre carré de peau libre. Les kilomètres défilent et mes doigts se faufilent toujours plus loin. Manon remonte son pantalon jusqu'à mi cuisse et mes mains s'engouffrent entre ses cuisses, là où la peau et si douce et si fine...

- Je caresserai toutes les parties de ton corps nu.
- Mmmmmmmm

La tentation est forte et Manon retire délicatement son pantalon. Ma main s'aventure toujours plus loin, frole son string, remonte sur le genou, tourne autour du mollet pour glisser à nouveau entre ses cuisses à la limite de son string. Je sens en elle monter le désir et m'amuse à nouveau à la provoquer tout en continuant mes caresses.

- Je ne caresse pas le tissu.

Elle tente de résister vainement mais son string rejoint rapidement son pantalon et mes doigts découvrent l'effet de leur danse.
Son sexe est trempé, ses lèvres bien ouvertes. Je titille son clitoris puis m'enfonce en elle.
Je la pénètre avec deux doigts et elle avance ses fesses sur le siège, projetant son bassin vers l'avant pour me sentir au plus profond. Elle est belle, sexy et provocante, les jambes écartées, les pieds sur le tableau de bord en train de se faire doigter à la vue de tous. Nous traversons un petit bled paumé. Je cale la vitesse de croisière et reprend mes caresses profondes. Je ralentis lorsque nous croisons des passants mais personne ne remarque notre petit jeu. Bien vite, la petite bourgade se retrouve derrière nous et nous retrouvons les longues lignes droites désertes en ce dimanche après midi. J'accélère la pénétration de mes doigts, son souffle suit. Je la sens monter, je l'entends couiner, sa mouille dégouline sur mes doigts. Elle jouit bruyamment à côté de moi.
Je ne cesse pas pour autant mes carresse, je sais qu'elle n'en a pas encore eu assez.

Nous croisons un camion roulant dans l'autre sens. Nos vitesses respectives sont bien trop élevées pour qu'il puisse profiter du spectacle mais cela alimente nos fantasmes. Nous commençons à nous exciter sur la possibilité de s'arrêter sur un parking et de taper une petite exhib aux routiers présents. Manon a envie de bites. Elle a envie de sucer et cela m'excite autant qu'elle.
Malheureusement, nous sommes dimanche et même les routiers ont le droit à un week end libre... Les parkings, comme cette nationale, sont déserts. 

Je lui dit que j'aimerai m'arrêter sur les petits parking qui longent la nationale, ouvrir en grand les portes arrières de la camionnette, l'allonger sur le lit en hauteur et la lécher à la vue de tous. Cela nous excite à nouveau. Manon ne se sent pas capable de faire ça mais je lui ai donné envie de la lécher.
Il est temps de faire une pause et de satisfaire ses envies...

Forcément, il n'y a plus aucun parking... C'est toujours comme ça...
Le temps passe, l'envie se fait de plus en plus pressante mais toujours aucun parking à l'horizon.

Enfin un panneau. Le dernier kilomètre parait être aussi long que le reste du voyage...
Lorsque nous approchons, nous apercevons une camionnette garée. Je souris à Manon qui me rend mon sourire.
Je ralentis et passe lentement juste à côté de la camionnette. Nous distingons nettement le chauffeur qui aurait pu admirer ma belle jambes écartées, offerte, s'il avait tourné la tête vers nous. Je m'arrête juste devant lui et propose à Manon de descendre comme elle est, à moitié nue, en jetant un regard dans sa direction.
Elle n'ose pas et à besoin d'être mise en confiance. Je la motive et elle descend nue au moment où le chauffeur redémare pour reprendre la route.
J'ouvre la porte latérale en grand et nous montons dans le camion en prenant soin de laisser la porte ouverte au cas où il aurait envie de nous rejoindre.
J'installe Manon sur le lit et commence à passer ma langue sur son sexe. Nous entendons alors notre potentiel camarade de jeux partir vers de nouveaux horizons. Tant pis pour lui.

Je sais ce qu'elle aime et récite ma leçon. Ma langue danse sur son clitoris, mes lèvres embrassent les siennes et Manon jouit rapidement.
Je l'aide à descendre. Nous nous embrassons langoureusement puis je finis par la retourner pour lui plaquer le buste sur le lit et la prendre sauvagement. Agripé à ses hanches, je la pilone comme un dingue alors qu'elle réclamme ma bite.
Les voitures passent à toute vitesse à côté de nous sans se douter de ce qu'il peut se passer dans ce camion stationné en bordure de nationale. Nous hurlons tous les deux notre plaisir espérant qu'une d'elles s'arrête et que le conducteur passe sa tête par la porte ouverte pour admirer le spectacle.

Manon est en mode salope et je suis déchainé. Je sors de sa chatte et lui claque le cul bien fort. Elle adore ça et en redemande.
Ma main claque encore plus fort son  joli petit cul. Une fois, deux fois, trois fois. Je la reprends. Je lui donne de grands coups de bite bien rapide et la fait jouir à nouveau. 

Je ralentit la cadence pour la laisser apprécier ce moment. Toujours pas rassasiée, Manon me dit qu'elle a envie que je l'encule.  Je lui demande de répéter. Elle rentre dans mon jeu et me supplie de l'enculer. 
Je me baisse, écarte ses fesses et crache sur son anus pour le lubrifier sans oublier de lui mordre le cul.
Je me relève, pointe mon gland contre son petit trou et m'enfonce doucement en elle. Dès que je la sens bouger sur ma bite, je commecne mes allers retours. Doucement au début. Rapidement, je me mets à la piloner de toutes forces. Son cul est grand ouvert et réclamme ma bite.

Elle hurle son plaisir. Cela me rend dingue et je sens la jouissance arriver. Je la préviens. Elle se retourne, se met à genou et gobe mon sexe pour avaler mon sperme.

Nous apprécions quelques minutes ce moment de calme. Nous nous calinons tendrement pour redescendre sur terre jusqu'à être prêt à reprendre la route pour partir vers de nouvelles aventures. 

Par Ben - Publié dans : Expériences
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Profil

 

AIDES

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

 

Le Container

Allez y c'est cadeau !

NousLibertins.com - 1er reseau social libertin

Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés